Aller au contenu principal

Il y a toujours une marge d’amélioration

Lettonie
Par Rafael Klavert, Coordonnateur Senior Angels



En septembre 2018, près de six mois après avoir rejoint l’Initiative Angels, il m’a été demandé de me rendre à l’hôpital universitaire clinique Pauls Stradiņš à Riga, en Lettonie, afin d’apporter mon aide à la conduite d’une simulation. 

Finalement, je me suis dit. Jusque-là, j’avais été impliqué dans divers rôles de soutien pour les consultants Angels européens. Cependant, comme je suis domicilié en Allemagne, les possibilités de visiter les hôpitaux étaient légèrement limitées. Je savais qu’il était crucial pour moi de vivre personnellement le processus de consultation, alors j’ai sauté sur l’occasion. 
 
Bien que le service de neurologie de l’hôpital n’ait jamais reçu la visite d’un consultant Angels, l’Initiative Angels ne leur était pas méconnue. Quelques mois à peine avant la visite, ils avaient déjà envoyé deux de leurs jeunes neurologues à notre formation des formateurs à Wiesbaden, en Allemagne. De plus, avant cela, l’hôpital avait également reçu un Prix Or des Angels-ESO. Inutile de dire qu’ils étaient considérés non seulement comme un hôpital prêt à la prise en charge des AVC, mais également comme un hôpital performant dans cette prise en charge. 

C’est à ce moment-là que le doute a commencé à s’insinuer dans mon esprit. Il me semblait qu’ils étaient déjà sur la bonne voie. Quelle amélioration pouvons-nous éventuellement induire de cette visite ? Notre présence leur sera-t-elle utile ? Ou allons-nous simplement leur faire perdre leur temps précieux ? 

 

Ces inquiétudes ont disparu lorsque nous avons été accueillis avec enthousiasme par la professeure agrégée en neurologie, Evija Miglane, et son groupe de jeunes neurologues. J’ai été touché de voir que certains d’entre eux portaient le badge Angels. Après un bref échange d’informations au sujet de l’Initiative Angels et de l’état des soins de l’AVC en Lettonie, nous avons été confiés au Dr Kristaps Jurjans, un jeune, grand et joyeux neurologue pour une visite de l’hôpital, au cours de laquelle il a fièrement montré le certificat du Prix Or ESO-Angels encadré juste devant l’unité neuro-vasculaire. « Sans aucun doute, nous obtiendrons le Prix Platine d’ici la prochaine période de déclaration », a-t-il déclaré avec un sourire confiant. Il nous a également montré la mallette AVC Angels qui, selon lui, a rendu les choses beaucoup plus efficaces, car tout ce qui est nécessaire pour traiter un patient ayant subi AVC y est facilement accessible. 

Nous sommes revenus le lendemain pour avoir le temps de faire deux simulations (heureusement, parce que j’ai accidentellement fait un GRAND trou dans mon pantalon pendant la visite de l’hôpital !). Malheureusement, nous n’avons pas été en mesure d’obtenir la participation d’une équipe d’ambulanciers à la simulation, mais il n’y a pas eu de pénurie de bénévoles pour ce rôle, ainsi que pour le rôle du patient fictif. Le Dr Jurjans a fait remarquer que nous utiliserons un scanner TDM qui était hors service et qui sera situé juste à côté de la salle habituelle de TDM, afin de ne pas déranger les vrais patients et les urgences. Vous devez respecter quelqu’un d’aussi visionnaire et centré sur le patient.

Une fois les instructions données, nous avons commencé le cas de simulation et il m’est apparu immédiatement qu’il s’agissait d’une équipe spécialiste de l’accident vasculaire cérébral bien huilée et expérimentée. Les sourires et les blagues du Dr Jurjans ont disparu pour laisser la place à la confiance digne d’un chef d’équipe. Le premier cas a été résolu en 20 minutes - un résultat très impressionnant à tous points de vue, un résultat dont la plupart des hôpitaux et des équipes spécialistes de l’AVC seraient fiers. Mais pas cette équipe spécialiste de l’AVC. 

 

L’ensemble du processus a été enregistré à l’aide d’une caméra GoPro, nous nous sommes donc rassemblés avec l’ensemble du service de neurologie afin de revoir les images pour analyser ensemble la façon dont le parcours pourrait être amélioré. Après avoir constaté qu’il nous avait fallu près de 10 minutes pour amener le patient à la salle de TDM, en raison du processus d’admission de l’hôpital, ainsi qu’à la distance entre le service des urgences et la salle de TDM, nous avons décidé de tester combien de temps pouvait être gagné si l’équipe d’ambulanciers, avec un hypothétique système de prénotification, devait amener le patient directement à l’équipe spécialiste de l’AVC du bâtiment où est située la salle de TDM. 

Bien sûr, cette petite différence a eu un impact considérable ; le deuxième patient fictif a été traité en 9 fulgurantes minutes ! 

J’étais ravi et impatient de revoir la vidéo ensemble, mais soudain, un vrai patient est arrivé. Comme l’équipe principale s’est rendue à cette urgence, nous avons appris par la suite que le patient avait subi une thrombectomie dans un délai d’attente avant le traitement de 20 minutes - une vérification de la première simulation de l’équipe spécialiste de l’AVC par rapport aux résultats réels. 

En quittant l’hôpital, deux pensées distinctes régnaient dans mon esprit. Tout d’abord, la prise de conscience qu’avec la bonne façon de penser, il y a toujours une marge d’amélioration, quelle que soit la référence de départ. Deuxièmement, oui, ils parviendront probablement à obtenir le Prix Platine ou Diamant ESO-Angels dans un avenir proche.
Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software