Aller au contenu principal

Comment les données nous ont permis de nous améliorer

Pologne
Par le Dr n. med. Małgorzata Fudala - Responsable de l’Unité neuro-vasculaire à l’hôpital Skarżysko-Kamienna
 


Albert Einstein a très bien défini la folie de la manière suivante : toujours refaire les mêmes choses mais en attendant des résultats différents. C’est clair : si l’on veut une amélioration, il faut commencer à faire certaines choses différemment. Cela a été notre cas dès que nous avons commencé à effectuer une surveillance de qualité.

L’hôpital Skarżysko-Kamienna est le seul hôpital d’une petite ville de 50 000 habitants dans le centre de la Pologne. Il traite environ 350 patients ayant subi un accident vasculaire cérébral chaque année. L’unité neuro-vasculaire applique un traitement de recanalisation intraveineuse aux patients ayant subi un accident vasculaire cérébral depuis de nombreuses années, avec un taux de traitement annuel de 10 %. Nous ne disposions d’aucune donnée relative à la qualité des soins ni aux résultats des traitements, nous pensions donc faire ce qu’il fallait.  
 
Fin 2017, nous avons déterminé rétrospectivement que notre délai moyen d’attente avant le traitement (door-to-treatment, DTT) était supérieur à 90 minutes, avec 30 % de traitements administrés après plus de 120 minutes. Notre esprit positif s’est évanoui instantanément.
 
Une occasion de collaborer avec l’Initiative Angels s’est présentée à la même période. Notre équipe spécialiste de l’accident vasculaire cérébral a organisé une séance pour faire un brainstorming avec notre consultant Angels, qui a donné lieu à la liste d’actions concrètes suivantes :
 
  1. Actualisation de la procédure de recanalisation, en mettant tout particulièrement l’accent sur la surveillance du parcours du patient dans l’hôpital et la surveillance personnelle par le médecin.
  2. Registre RES-Q – saisie des données de tous les cas d’accident vasculaire cérébral depuis mars 2018 et analyse périodique
  3. Organisation d’une série de formations pour les services d’ambulances 
  4. Simulation de la voie de traitement des accidents vasculaires cérébraux à l’hôpital – 25 minutes de DTT !
  5. Possibilité de vérifier le RIN au lit du patient.
  6. Introduction du test GUSS comme test de dépistage standard de la dysphagie.

Au cours des 6 derniers mois, nous avons réussi à augmenter notre taux de recanalisation pour atteindre 17 % (et jusqu’à 23 % au cours du premier trimestre de 2019 !), ainsi qu’à réduire de moitié le DTT, soit 47,5 minutes. Les facteurs les plus importants étaient une surveillance de qualité et un changement d’attitude de la part de l’équipe, ce qui a entraîné un sens accru des responsabilités, davantage d’enthousiasme et un meilleur travail d’équipe. Les données du Registre RES-Q nous ont permis de savoir ce que nous faisions bien et ce qui devait être amélioré. Cela nous a aidé à remporter 1 certificat Or et 2 Certificats Platine ESO-Angels.  
 
La prochaine étape consiste à réduire notre DTT de 15 minutes de plus et de participer au projet QASC, qui tend à améliorer les soins aux patients en mettant en œuvre des interventions du personnel infirmer au niveau de l’hyperglycémie, de l’hyperthermie et de la dysphagie.

Nous avons atteint tous ces objectifs sans financement supplémentaire. Nous venons à peine de commencer notre démarche d'optimisation des soins aux patients ayant subi un accident vasculaire cérébral. Avec une surveillance de qualité et le bon état d’esprit, nous sommes convaincus que nous allons continuer à nous améliorer. 

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software