Aller au contenu principal

Adopter la nouvelle normalité - Partie I

Portugal

Équipe AVC du centre hospitalier Tondela-Viseu

Depuis le début de la pandémie, la plupart d’entre nous a dû adopter la « nouvelle normalité » dans différents aspects de la vie. Il s’agit par exemple de travailler et suivre des cours à domicile, de toujours respecter la distanciation sociale et de porter un masque dans les espaces publics. 

Toutefois, les professionnels de santé ont rarement le privilège de ces options. Bien au contraire, les patients continuent à arriver dans les hôpitaux et ils doivent toujours être soignés en personne, car toutes les autres maladies ne s’arrêtent pas à cause de la COVID-19. 

Avec le souci supplémentaire de contracter le virus si nous ne faisons pas assez attention, cela peut se traduire par une lenteur dans la réponse ou les soins apportés aux patients. C’est une préoccupation chez les spécialistes de l’AVC du monde entier, car dans le cas d’une victime d’AVC, le temps reste encore et sera toujours d’une importance capitale. 

Claudia Quieroga et Dr Ana Gomes

Dr Ana Gomes, coordinatrice de l’unité d’AVC du Centre hospitalier Tondela-Viseu, également coordinatrice RES-Q du Portugal et fervente partisane de l’Initiative Angels, était l’un des médecins préoccupés par l’impact de la pandémie sur la vitesse de traitement des victimes d’AVC. 

Le Portugal a organisé son premier webinaire sur la COVID-19 le 3 avril 2020, et c’est là qu’elle a remarqué pour la première fois combien d’hôpitaux signalaient une attente plus longue, un DTN plus important et d’autres tendances inquiétantes en raison de la COVID-19. Étant une personne orientée vers les données, elle voulait constater par elle-même l’impact de pandémie sur le parcours en cas d’AVC dans son hôpital. 

Considérée comme l’un des exemples du Portugal, l’équipe d’AVC de cet hôpital a tendance à apprendre en faisant des simulations et en pratiquant constamment un suivi de qualité (ils enregistrent le plus de patients pour RES-Q au Portugal), comme en témoignent les neuf prix ESO-Angels ​​qu’ils ont reçus - dont cinq étaient des prix de niveau Diamant. 

À ce stade, l’hôpital avait retrouvé une certaine normalité dans ses routines, mais pendant le pic de la pandémie, l'unité d’AVC a été déplacée dans un autre service pour faire de la place pour les patients COVID-19. Ils ont également dû faire face à quelques revers, tels que la mise en quarantaine de toutes les infirmiers/ères de l’unité d’AVC pendant 14 jours.  

Simulation des AVC au Centre hospitalier Tondela-Viseu

Ils ont supposé dans leur protocole que tous les patients victimes d’AVC sont infectés par le virus responsable de la COVID-19. Lorsqu’un patient potentiellement victime d’AVC arrive aux urgences, il doit revêtir un EPI, mais tout le reste est identique, y compris la prénotification (patient reçu déjà en EPI), la prise de sang prioritaire, le transfert directement à la TDM et le traitement à la TDM. 

Quand il existe une forte suspicion d’infection du patient, une TDM du thorax est réalisée après le traitement. Une fois que tous les examens radiologiques (y compris les angiographies) sont terminés, le patient est emmené dans une salle des urgences pour recueillir des échantillons pour le test COVID-19 et il y reste jusqu’à ce que les résultats soient disponibles. Dans le cas d’un candidat à une thrombectomie, le patient est transféré et reçu comme s’il s’agissait d’un patient positif au COVID-19. 

En mai 2020, le Dr Gomes a décidé qu’il était temps d’évaluer ce protocole en menant une simulation en aveugle ; après avoir reçu une autorisation du chef des urgences, elle a invité le consultant Angels Claudia Queiroga à réaliser une observation. 

« La principale différence que j’ai pu observer concernait l’EPI. Les personnes qui étaient placées autour du patient devaient porter un équipement et celles qui n’en avaient pas devaient garder leurs distances. Revêtir un équipement semblait un peu frustrant, mais l’équipe a été très efficace car elle y était déjà habituée », a-t-elle remarqué. 

Équipe de l’AVC du centre hospitalier Tondela-Viseu après simulation

Le résultat de la simulation a été surprenant pour toutes les personnes impliquées. En moyenne, il n’y avait pas beaucoup de différences de temps et de performances de l’équipe par rapport à la période précédant la pandémie. La simulation a été une prise de conscience pour l’équipe qui, malgré toutes ses préoccupations, a compris que la COVID-19 n’affectait pas trop fortement les protocoles d’AVC. Si nous continuons à faire des formations concernant toutes les étapes cruciales - comme la façon de revêtir rapidement un EPI - tout semblera aussi naturel qu’avant la pandémie. 
 

Cliquez ici pour lire la partie II du récit

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software