Aller au contenu principal

La naissance d’un nouveau centre de simulation d’AVC

Fédération russe



En juin 2016, lors de l’une de nos premières réunions Angels, le Professeur Igor Voznyuk a manifesté un vif intérêt pour l’utilisation du logiciel Body Interact lors des formations organisées à l’Institut de recherche des soins d’urgence de Saint-Pétersbourg, un grand hôpital multifonctionnel et un institut de recherche et d’enseignement pour les universités médicales. Dans les mois qui ont suivi, il a commencé à faire des simulations en utilisant Body Interact avec son équipe.

Il était donc tout à fait naturel que le professeur Voznyuk s’intéresse, lorsqu’il en a entendu parler, à un Centre de simulation d’AVC dirigé par le Dr Robert Mikulik et son équipe à Brno, où ils se forment en utilisant des simulations de cas réels. Il a visité le Centre de simulation en novembre 2017 et y a trouvé une nouvelle inspiration pour améliorer la prise en charge des AVC dans son réseau.

Cela n’allait pas être facile, mais le Professeur Voznyuk savait que la création d’un centre de simulation pédagogique améliorerait considérablement la formation des équipes AVC dans sa région.

Le défi était de convaincre les bonnes personnes que cette idée de centre de simulation valait l’investissement pour améliorer la prise en charge des AVC au niveau régional et, en fin de compte, au niveau national.

Le concept lui-même a ensuite été adapté, à partir du modèle de Brno, à la réalité et aux besoins locaux.

Enfin, le 1er juin 2018, la formation a été lancée durant une conférence consacrée aux soins d’urgence à Saint-Pétersbourg, où il avait organisé un symposium consacré à la simulation.

L’idée est d’offrir la formation basée sur la simulation à l’Institut de recherche des soins d’urgence de Saint-Pétersbourg, où il serait en mesure de mieux émuler un environnement hospitalier et d’organiser régulièrement des formations.

Le cours de simulation est divisé en cinq phases :

  1. La phase préhospitalière avec un entretien complet et une évaluation du patient fictif dans l’ambulance, à l’aide du protocole FAST ;
  2. Le transfert des données de l’ambulance à l’hôpital : appel téléphonique puis transfert en personne du patient à l’équipe AVC de l’hôpital ;
  3. Phase hospitalière de la porte au traitement ;
  4. Commentaires des observateurs et du comité d’experts ;
  5. Séance de questions-réponses

Les participants à la formation font partie de l’unité neurovasculaire de différents hôpitaux et des équipes de différents services d’ambulance. Ils ont été divisés en 4 groupes de formation comptant un patient fictif (et un proche, si le scénario le justifiait), une équipe d’ambulanciers, un portier, un neurologue, un infirmier/ère, ainsi que des observateurs et des jurys armés d’une liste de contrôle rédigée par le professeur Voznyuk pour les commentaires ultérieurs.
 
Au début, seuls le patient fictif et le proche connaissent le scénario exact, basé sur un cas du logiciel Body Interact. L’équipe d’ambulanciers a pour tâche de recueillir toutes les informations pertinentes, d’établir le diagnostic du patient et d’avertir l’équipe AVC à l’aide d’un téléphone AVC.

Le patient est ensuite transféré sur un véritable brancard à roulettes à l’« hôpital », où le neurologue et l’infirmier/ère l’attendent. Le transfert du patient de l’ambulance au neurologue, ainsi que le premier entretien et l’évaluation sont suivis par le début du cas Body Interact, qui est affiché sur un grand écran et piloté par un consultant d’Angels. La tâche de l’équipe AVC est simple : diagnostiquer et traiter le patient.



 
Une fois la simulation effectuée, un jury de quatre responsables de différentes unités neurovasculaires ayant observé le processus partageront leurs commentaires à partir des notes et du système de score faisant partie de la liste de contrôle de l’observateur ; elle comprend des aspects tels que la coopération et la communication entre les membres de l’équipe et avec le patient, les problèmes de perte de temps et le respect du protocole. Il y a ensuite une séance de Q&R pour garantir une parfaite compréhension entre toutes les parties associées.
 
À l’heure actuelle, les cours de simulation doivent avoir lieu tous les trois mois, en invitant tous les neurologues avancés des unités neurovasculaires de la région. Mais, comme tous les grands visionnaires, le professeur Voznyuk et son équipe ont de plus vastes projets en vue ; ils ont l’intention d’augmenter la fréquence des formations pour passer à une base mensuelle et impliquer d’autres régions que la leur. Ils cherchent également à formaliser ce cours sous forme de module facultatif pour la certification nationale des neurologues, pour que les participants puissent prétendre à des points de crédit pour leur certification de neurologue (qui, suivant la réglementation locale, doit être renouvelée tous les cinq ans).
 
On pourrait penser que créer un centre de simulation nécessite d’importantes ressources. L’expérience de l’Institut de recherche des soins d’urgence de Saint-Pétersbourg nous apprend que cela peut se faire avec un minimum de ressources et certains outils fournis par l’initiative Angels.
 
Inutile de dire que nous sommes extrêmement fiers d’être associés à ce mouvement qui, nous en sommes certains, modifiera le paysage de la prise en charge des AVC en Russie et nous ferons tout ce qui est dans notre pouvoir pour continuer à l’encourager !


Regardez ici une vidéo consacrée à ce centre de simulation : https://youtu.be/b4VNwWlRhLk (disponible en russe uniquement)

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software